La tresseuse .

 Pièce essentielle de la fabrication .Cette machine est composée de 16 canettes positionnées sur un plateau . Son fonctionnement est simple : vous avez 8 canettes qui tournent dans un sens et 8 canettes qui tournent dans l'autre sens en s'entrecroisant. La soie ainsi tressée est réceptionnée sur une roue.

Différentes démultiplications sont utilisées pour obtenir la bonne vitesse de tressage, celle-ci varie suivant  le diamètre du fuseau à tresser.

La bobineuse.

Fabrication maison !  Elle me permet de remplir régulièrement les canettes de 1 ,2,3,4  fils de soie  avec une tension d'enroulement contrôlée. Indispensable pour un bon tressage ...

  

La fabrication du fuseau .

On assemble plus ou moins de fils de soie entre eux pour faire varier le diamètre du fuseau et ainsi obtenir le profil désiré en suivant un plan de fabrication .

 

Le tressage en action .

Un système ingénieux permet d’arrêter la tresseuse lors qu'un fil de soie casse .

La conception de cette machine a été pensée dans les moindres détails .

 

L'imprégnation sous vide.

Avec des paramètres de température et de pression précis ,la soie s’imprègne à cœur d'huile de lin permettant ainsi de rendre la soie imperméable.

Le phénomène de bullage constaté sur la photo nous indique bien que l'air contenu dans la soie est remplacé par l'huile de lin.

 

Le séchage des soies.

 Mes soies sont séchées dans un séchoir de ma conception. Elles sont séchées comme nos anciens nous le conseillaient !  Des paramètres de  température  et d'hygrométrie  sont  à respecter . 

Le ponçage  des soies.

 Une fois sèches, les soies sont poncées manuellement afin de supprimer la sur épaisseur liée à la réticulation de l'huile de lin lors du séchage.

Cette opération permet en même temps de pré roder la soie .

Un graissage de la soie est ensuite réalisé avant le conditionnement .

Le pesage  des soies.

 Afin de respecter les normes A F T M A , les soies sont ensuite pesées sur 9,14 mètres pour définir précisément le numéro de la soie .